Comment se chauffer cet hiver

En hiver, le système de chauffage est un élément essentiel pour assurer le confort de la vie quotidienne dans la maison. D'une part, le chauffage constitue le premier poste de dépense d'énergie dans le cadre domestique et nécessite en conséquence un budget important. D'autre part, il est important de bien choisir le système de chauffage approprié afin d'éviter les risques d'intoxication aux gaz polluants pouvant être générés. Actuellement, il existe différents types de systèmes de chauffage qui permettent de diminuer considérablement la consommation d'énergie et de réduire par la même occasion la production de gaz toxique pouvant nuire à la santé.


Le poêle à bois : classique et indémodable


Ce système de chauffage est une version plus sécurisée et plus hygiénique du chauffage traditionnel. Son principe consiste en une « combustion fermée » de bois. Le dispositif est formé d'un fourneau fermé dans lequel des granulés ou des copeaux de bois sont chauffés. Il est doté d'un système d'évacuation des fumés vers l'extérieur. La chaleur qui s'échappe du poêle à bois s'étend et réchauffe les pièces de la maison.


Existant sous différents designs, le poêle à bois peut être un système de chauffage indépendant pour l'intérieur d'une maison tout entière, mais il peut aussi servir de complément de chauffage pour une seule pièce. Si son installation requiert l'intervention d'un chauffagiste professionnel, son entretien est en revanche très simple. Il suffit de dégager les dépôts de cendre dans l'âtre, de balayer l'intérieur du dispositif et de nettoyer la vitre.


Du point de vue écologique, le combustible utilisé, notamment le bois, est une ressource renouvelable et sa combustion libère moins de gaz à effet de serre que celle des énergies fossiles habituellement utilisées. Du point de vue économique, le prix de la matière première est très compétitif par rapport à celui des autres combustibles et à la facture d'électricité.



La chaudière : efficacité et options variées


En général, le fonctionnement d'une chaudière consiste à exploiter la chaleur fournie par une source thermique et à la transférer vers un émetteur (radiateur, convecteur, etc.) par le moyen d'un fluide qui est dans la plupart des cas de l'eau. Les chaudières sont de différents types :


— La « chaudière à granulés de bois » est issue d'une optimisation de la chaudière à bois classique. En terme de rendement, qui se traduit par le rapport entre l'énergie qu'elle fournit et l'énergie requise pour son propre fonctionnement, la chaudière à granulés de bois atteint les 90 % contre seulement 60 % pour la chaudière à bois traditionnelle. En plus de cette performance honorable, l'approvisionnement du dispositif en combustible est automatisé soit par un système d'aspiration, soit par un système de vis sans fin. La chaudière à granulés de bois est capable de réchauffer tout un bâtiment. Son installation requiert une place conséquente. Néanmoins, il est possible de la personnaliser en fonction de la puissance voulue.


— La chaudière basse température, quant à elle, présente le même rendement que la chaudière à granulés de bois. Cependant, au lieu de réchauffer l'eau à 90 °C, elle la réchauffe à seulement 50 °C. Du coup, le besoin en énergie — et donc, la quantité de combustible utilisé quel qu'il soit — diminue relativement. Le combustible utilisé est généralement du gaz naturel ou du fioul.

Même si la quantité de chaleur produite n'égale pas celle générée par la chaudière à granulés de bois, il est à noter que ce processus garantit la quasi-homogénéité de la chaleur diffusée dans toutes les pièces. La chaudière basse température peut être couplée avec d'autres chauffages à basse température si les circonstances le demandent.


— La chaudière à condensation, très utilisée de nos jours, met en œuvre des combustibles divers comme du bois, du gaz naturel ou du fioul pour produire de la chaleur. Dans ce type de chaudière, il n'y a pas de perte thermique générée par la vapeur d'eau évacuée avec la fumée. La vapeur d'eau est récupérée et condensée à travers un échangeur condenseur. Ce processus produit une chaleur latente qui est à son tour utilisée pour maintenir une température élevée du circuit. Il en résulte que le besoin en énergie de la chaudière est réduit en moyenne de 30 %.



La pompe à chaleur : évolution et modernité


La matière première utilisée par la pompe à chaleur est facilement accessible. Il s'agit des calories que le soleil diffuse dans l'air, dans l'eau ou bien dans le sol lorsqu'il les réchauffe. La pompe à chaleur récupère ces calories et les transforme en chaleur par l’intermédiaire d'un fluide frigorigène. La chaleur produite peut être utilisée pour réchauffer les pièces d'un bâtiment.


La pompe à chaleur sert aussi parfois à réchauffer l'eau d'une piscine. En outre, ce système peut fonctionner en rafraîchissant la température durant la période d'été. Cette polyvalence constitue son avantage par rapport aux autres systèmes de chauffage. Par ailleurs, compte tenu de son fonctionnement, la pompe à chaleur est une solution adéquate pour diminuer la dépense en énergie dans une maison.


En même temps, elle ne présente aucun risque de pollution de l'air intérieur et ne dégage aucun gaz à effet de serre.


La pompe à chaleur est donc un système tout à fait écologique et son installation permet de profiter d'avantages et d'aides dans le cadre de la transition énergétique.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Icone Facebook
  • Icone Instagram
  • Icone Youtube
  • Icone Pinterest

Le numéro 47 de Grands-Parents Magazine est arrivé !  À partir  de 1€ en dématérialisé !