Soutenez les malvoyants en leur permettant d'obtenir des chiens guides

Selon la Fédération des Aveugles et Amblyopes de France, 1,7 million de personnes souffrent d'un trouble de la vision sur le territoire français. 932 000 malvoyants moyens généralement touchés par une incapacité visuelle sévère et 207 000 personnes ne percevant pas la lumière. Plusieurs organisations élèvent et offrent des chiens-guides aux personnes victimes d'un handicap visuel. Cependant, pour obtenir un chien guide, la personne malvoyante doit formuler une demande auprès de structures spécialisées et répondre à certains critères.


Quelle est la démarche à suivre ? Quels sont les prérequis nécessaires à l'obtention d'un chien guide ? Comment se déroule l'éducation des chiens et quelles sont leurs missions ?


Toutes les étapes pour bénéficier d'un chien guide


Conséquence de la déficience visuelle, le handicap visuel se caractérise par une diminution des performances de la personne malvoyante dans sa vie familiale, sociale et professionnelle. Il est à noter, toutefois, que l'importance du handicap n'est pas définie par l'importance de la déficience. En effet, 3 facteurs principaux déterminent l'importance du handicap : le rôle des proches de la personne déficiente, l'ancienneté de la déficience ainsi que la personnalité de la personne malvoyante.


Essentielle au bien-être et à la qualité de vie de la personne malvoyante, la mobilité peut être affectée par une déficience visuelle, même si cette dernière n'est que partielle.


Afin d'améliorer l'autonomie du déficient visuel, des organisations telles que l'École de Chiens Guides de Paris mettent à la disposition des personnes malvoyantes des chiens guides préalablement éduqués.Pour obtenir un chien guide, le malvoyant doit tout d'abord formuler une demande auprès d'une organisation.


Pour ce faire, il devra prendre un rendez-vous avec l'un des responsables de la structure. Celui-ci évaluera le bien-fondé de la requête et donnera par la suite un avis sur la faisabilité du projet. Lors de l'analyse, le responsable prendra en compte plusieurs critères : la plus-value éventuelle que pourra apporter le chien au niveau de l'autonomie de la personne malvoyante, la capacité du demandeur à accueillir le chien dans son domicile, etc.


Il est primordial pour les candidats de présenter une bonne capacité de déplacement sans l'aide d'un chien avant de pouvoir obtenir un premier chien guide. Certaines associations aident les candidats à améliorer leur locomotion avant de leur accorder la possession d'un chien guide. Suite à l'établissement d'un bilan locomoteur par le responsable de l'organisation, celui-ci va désigner le chien idéal pour accompagner la personne malvoyante.


Se déplacer avec un chien guide est tout à fait différent d'un mode de déplacement à l'aide d'une canne blanche. C'est pourquoi la personne handicapée et son chien devront apprendre à se connaître et à coordonner leurs mouvements durant un stage.


Si le stage a été concluant, le chien pourra vivre provisoirement au domicile de son maître afin tester le bon fonctionnement de ce nouveau duo. La remise définitive du chien guide au candidat est effectuée à la fin du test, à condition bien sûr que celui-ci ait été concluant.



Les chiens-guides : une éducation qui commence dès la naissance


Afin d'assurer la sécurité des personnes malvoyantes, un long processus d'éducation des chiens-guides est mis en place par les différentes organisations.


Dès leur naissance, les chiots bénéficient d'un suivi individuel. L'éducation des nouveau-nés commence par la stimulation de leurs sens. Une fois qu'ils ont atteint l'âge de 2 mois, ils sont sélectionnés par les éducateurs en fonction de certains critères : leur sociabilité, leur comportement au sein de la meute ou encore leur équilibre sur le plan émotionnel.


Il est indispensable pour un chiot de recevoir une éducation naturelle. Ainsi, les chiots quitteront leur école pour être placés individuellement au sein d'une famille d'accueil où ils pourront apprendre à vivre avec des personnes et par la même occasion apprendre l'obéissance.


À l'âge de 6 mois, le chiot sera en mesure de suivre des stages avec les éducateurs de son école.


Lorsqu'il sera plus grand, vers l'âge de 12 mois, le chiot pourra entamer le programme d'éducation spécifique. Il consiste à apprendre au chiot à éviter des obstacles, à obéir, à signaler la présence d'escaliers ou de portes à son maître, à traverser dans les passages pour piétons ou encore à se familiariser avec les transports en commun.


Au terme de son éducation, le chien devra être capable de répondre à plus d'une cinquantaine d'ordres. Il est également indispensable qu'il puisse restituer tout ce qu'il a appris sur le terrain. Pour mettre en pratique ce que le chien a assimilé à l'école, l'éducateur pourra être amené à se balader les yeux bandés dans les rues d'une ville, avec le chien à ses côtés.


Une fois que toutes les compétences du chien guide sont validées, il se verra attribuer un certificat d'aptitude. Il sera ainsi prêt à accompagner et à améliorer le quotidien des personnes souffrant d'une déficience visuelle tout en recevant l'amour qui lui est dû.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Icone Facebook
  • Icone Instagram
  • Icone Youtube
  • Icone Pinterest

Le numéro 47 de Grands-Parents Magazine est arrivé !  À partir  de 1€ en dématérialisé !