Sommeil : Comment appréhender le passage à l'heure d'hiver ?

La France est officiellement, passée à l'heure d'hiver pour l’année 2017 dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 octobre, à 3h du matin. Zoom sur les perturbations liées au passage à l’heure d’hiver et l’impact de ce dernier sur la qualité du sommeil. Cet article mettra aussi en exergue quelques conseils pour prévenir et faire face à ces désagréments.


Les perturbations liées au passage à l’heure d’hiver et leur impact sur la qualité du sommeil


Dans la nuit du samedi 28 au dimanche 29 octobre, les Français vont gagner une heure de sommeil. En réalité ils ne dormiront qu’une vingtaine de minutes de plus selon une étude effectuée par des chercheurs français.


Malgré l’agréable perspective d’ajouter une heure de plus de sommeil dans la nuit du samedi 28 octobre, 19% des Français seulement seraient favorables au passage à l’heure d’hiver. La majorité des experts du sommeil ne sont également pas favorables au changement d'heure, un phénomène se produisant tous les ans en mars et en octobre.


Selon toujours ces spécialistes, cette mesure perturberait le rythme biologique des individus les plus fragiles, notamment les enfants âgés de moins de 6 ans et les personnes âgées. Ce décalage horaire, pouvant être à l’origine des troubles du sommeil, peut en effet causer quelques dérèglements dans leur quotidien et peut impacter sur le fonctionnement normal de leur organisme.


Habituées à se lever de bonne heure, il est plus difficile pour ces personnes de s’adapter au nouveau rythme. Ce changement peut s’accompagner d’une légère fatigue ou d’un état d’irritabilité. Un temps d’adaptation d’une semaine maximum s’avèrera nécessaire. A cet effet, plus une personne est fragile, plus elle se sentira fatiguée ou irritée.


Le changement d'heure influe également sur l'endormissement et la production de la mélatonine, l’hormone du sommeil. Le passage à l'heure d'hiver peut en effet modifier la sécrétion de cette hormone. La sécrétion de la mélatonine suit le rythme imposé par l'horloge biologique d’un individu. L’exposition à la lumière au cours de la journée influe également considérablement sur la production de la mélatonine.


Une insuffisance de lumière peut bouleverser les signaux de l’organisme. Au matin, malgré la fermeture des paupières, la lumière parvient au cerveau. Celle-ci lui indique que le moment est venu de se lever. En revanche, s'exposer à un éclairage fort le soir peut retarder l'endormissement.


Le passage à l’heure d’hiver reste un moment délicat pour le corps d’une personne âgée, qui a beaucoup plus de mal à se resynchroniser par rapport à un organisme plus jeune. D’après les spécialistes du sommeil, il faut 20 jours en moyenne à une personne pour retrouver un rythme normal en matière de veille sommeil.


En général, l’organisme a du mal à s’adapter au changement d’heure, dont les impacts sur la qualité du sommeil peuvent être conséquents. Toutefois, le passage à l'heure d'hiver est moins perturbant en matière de troubles du sommeil que la passage à l'heure d'été.



Quelques conseils pour prévenir et éviter ces désagréments


Il est possible de prévenir et de faire face aux désagréments liés au passage à l’heure d’hiver, en commençant par adapter ce changement à ses habitudes. En effet, ceux qui ont l’habitude de se lever tard peuvent profiter d'une heure de sommeil en plus. Pour les lève-tôt, ils pourront bénéficier rapidement de la lumière du jour dès l’aurore.


Pour la plupart des personnes, le passage à l'heure d'hiver est une nouvelle manière d’adopter un rythme de vie plus sain. Ce changement d'heure peut incontestablement aider ceux qui ont beaucoup de difficulté à se lever le matin. De ce fait, c’est le meilleur moyen de reprendre ses bonnes habitudes matinales, comme prendre le temps de manger un véritable petit-déjeuner.


Pour une adaptation plus rapide au changement d'heure, il est conseillé de profiter au maximum des heures d'ensoleillement en consultant fréquemment le bulletin météorologique. Cela vous permettra de connaître l’heure du lever du soleil, puis d'adapter, autant que possible, celle-ci à l’heure du réveil matinal.


Le passage à l'heure d'hiver peut être vécu tout en douceur par l’organisme, à condition de ne pas diminuer le temps de sommeil. Mieux vaut éviter les routines relatives à un horaire précis, comme regarder un film à la télévision le soir, toujours à la même heure.


Dans un premier temps, il ne faut pas perturber les habitudes de lever, surtout si l’heure de réveil est encore celle de l'heure d'été. Il est plutôt recommandé d’anticiper le passage à l’heure d’hiver en changeant peu à peu les heures de repas et de sommeil quelques jours avant la date fatidique.


S’adapter à la nouvelle heure doit également s’effectuer les deux nuits qui précèdent le changement d’heure, changer votre heure de coucher en dormant plus tôt que d’habitude. Il est également préconisé de s’accorder une petite sieste réparatrice, dont la durée s'étale entre 20 et 30 minutes.


Pour les couche-tôt, il est conseillé de se coucher plus tard, soit environ une heure plus tard la nuit du changement d’heure. Ainsi, tout en gardant la même quantité d'heures de sommeil, ils se réveilleront à l'heure habituelle.


Pour les personnes qui ressentent une fatigue intense, voire un malaise, après un changement d'horaire, il est nécessaire de se reposer au maximum et de se forcer à adopter un nouveau rythme de vie. Le temps de travail, les heures de réveil et du coucher ou les repas doivent être adaptés à la nouvelle heure.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Icone Facebook
  • Icone Instagram
  • Icone Youtube
  • Icone Pinterest

Le numéro 47 de Grands-Parents Magazine est arrivé !  À partir  de 1€ en dématérialisé !