top of page

Quels moyens sont mis en place pour alléger la charge des aidants ?

En fonction de son degré de dépendance, un senior nécessite une assistante plus ou moins permanente. 90 % des personnes âgées en France aspirent à rester à leur domicile le plus longtemps possible. De manière fréquente et régulière, plus de 8.3 millions d’aidants décident de leur plein gré de prendre en charge en partie ou dans leur intégralité les activités liées au quotidien des aînés. Dans la majeure partie des cas, les aidants ne sont pas des professionnels et font partie de l’entourage ou de la famille du senior.


Des bénévoles au cœur d’or

Le code de l’action sociale et des familles estime que la personne aidante est souvent un bénévole et ne perçoit aucune rémunération. Le volontaire est soit le conjoint, un partenaire ayant conclu un pacte civil, un descendant, un ascendant, un enfant ou un parent. Il arrive que de proches collatéraux au quatrième degré comme une tante, une nièce ou un cousin s’engagent auprès d’un parent. Parfois, une personne qui réside à proximité et ayant noué des liens d’affection étroits se porte volontaire pour aider un senior resté à domicile.

S’occuper sur le long terme d’une personne en perte d’autonomie présente des risques d’ordre physique et mental sur la santé de l’aidant. Celui-ci peut souffrir d’un manque de reconnaissance du travail accompli et parfois même d’une maltraitance passive de la part du senior qui bénéficie de son aide. L’aidant risque très vite de ressentir du découragement, de la fatigue physique et morale avant de sombrer dans la dépression.


Des difficultés manifestes

Aider une personne en perte d’autonomie à domicile n’est pas facile, malgré tout l’amour et la bonne volonté que l’on y met. La vie sociale peut en pâtir peu à peu, car l’aidant consacre la majorité de son temps à la personne âgée. Les vacances, les sorties entre amis et les loisirs sont de plus en plus rares du fait de son implication. L’isolement s’installe peu à peu et se manifeste par la restriction du cercle familial et du nombre de ses amis. L’engagement de l’aidant constitue également un frein à d’éventuels projets professionnels et à des perspectives comme un voyage ou un déménagement.


Des congés aménagés pour les proches aidants

Plus d’un tiers des aidants sont dans la vie active et aspirent à conserver leur activité professionnelle. Certaines situations deviennent cependant très rapidement inextricables et engendrent des bouleversements majeurs dans leur vie. En France, la législation propose des solutions qui permettent aux aidants de combiner les deux activités. Grâce au congé de solidarité qui a remplacé le congé de soutien familial, le proche aidant peut cesser d’exercer son activité professionnelle dans un laps de temps défini.

Il peut bénéficier du droit au répit en se faisant relayer un temps pour son travail d’aidant à domicile. Il peut également profiter de solutions appropriées comme l’accueil du senior dans un établissement spécialisé ou dans une famille d’accueil de façon temporaire, le temps qu’il se repose. L’aidant et l’aidé peuvent se retrouver ensemble en vacances dans un centre adapté, mais peuvent profiter chacun de leur côté d’un repos bien mérité.

L’allocation personnalisée d’autonomie accordée aux plus de 60 ans qui varie entre 670 et 1 700 € permet au senior de salarier son aidant familial. Le salarié peut bénéficier du congé du proche aidant d’une durée maximale de trois mois et d’aides psychologiques.


Les technologies pour l’autonomie

Des services à domicile via des applications permettent de mettre en relation dans un court délai les professionnels de l’aide aux seniors et les personnes âgées en perte d’autonomie restées à domicile.

Les applications destinées à faciliter la vie des aidants sont accessibles moyennant un abonnement mensuel. Une plateforme téléphonique ou en ligne permet de discuter avec des assistants personnels 24 heures sur 24 et chaque jour de la semaine. Les téléconseillers renseignent sur les différentes formalités administratives à effectuer ou programment une entrevue avec le médecin traitant.

Grâce à ce service, la charge mentale des aidants diminue. La plateforme est à même de donner toutes les informations pour trouver des infirmiers les plus proches ou pour se faire livrer les repas à domicile, pour le ménage ou pour l’aide à la toilette en cas de besoin par exemple.

Certains équipements de dernière génération facilitent grandement la vie des personnes dépendantes, mais également des aidants. Ils peuvent être utilisés en complément de l’intervention humaine et facilitent grandement les tâches des aidants. Un déambulateur intelligent équipé de capteurs peut par exemple être réglé pour éviter les obstacles. Le travail de l’aidant est également facilité par des dispositifs automatiques de rappel de tâches comme le pilulier électronique, la lampe qui s’allume automatiquement la nuit, les outils de visiophonie ou de téléconsultation, etc.



Comments


Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Icone Facebook
  • Icone Instagram
  • Icone Youtube
  • Icone Pinterest
bottom of page