Les fuites urinaires chez les hommes

Les femmes ne sont pas les seules à souffrir de fuites urinaires. Les hommes sont également concernés par cette maladie. Les symptômes d’une incontinence urinaire chez l’homme sont souvent liés à la miction. Zoom sur les différents types d’incontinence masculine, les causes et les solutions proposées face à cette pathologie encore considérée comme tabou chez l’homme.


Incontinence urinaire masculine : les différents types


L'homme est moins concerné par les fuites urinaires que la femme. Les études épidémiologiques ou les recherches médicales sur cette maladie sont encore malheureusement peu nombreuses, surtout chez l’homme. Il existe cependant différentes sortes d’incontinence masculine. Chaque trouble se reconnaît à travers des signes spécifiques.


L’incontinence par regorgement constitue l’un des types d'incontinence les plus courants touchant les hommes. Il s’agit d’un accroissement anormal de la glande prostatique, engendrant une réduction de l’urètre. Ce processus va générer un trouble de la vidange de la vessie, qui aura tendance à s’étirer et rester en permanence pleine.


L'écoulement continu est une autre sorte d’incontinence touchant assez régulièrement la gent masculine. Ce type d’incontinence se manifeste via une prostate gonflée, empêchant le passage de l'urine pendant la miction. Le sujet est, dans ce cas précis, dans l’incapacité de vider entièrement sa vessie. Une prostate gonflée entraîne aussi une incontinence par impériosité ou un besoin inopiné d'uriner.


L’incontinence d’effort provoque la diffusion instantanée d’urine au cours d’un effort physique. Elle se manifeste lorsque le patient tousse, rit, marche, court, éternue ou réalise tout autre effort sollicitant les muscles de l’abdomen. Elle est plus courante chez la femme, mais touche aussi les hommes.

Chez les hommes, l'incontinence d'effort fait souvent suite à une opération chirurgicale, comme l’ablation de la prostate suite à un cancer. Dans ce cas précis, le sphincter strié n’est plus capable de refréner les flux d’urine à l’intérieur de la vessie. Ainsi, l’envie d’uriner se produit au cours de l’élévation de pression abdominale après un effort physique.

Les causes


L’incontinence de l’homme fait généralement suite à une ablation de la prostate ou à une maladie touchant la prostate, la vessie ou l’urètre. Il peut également s’agir de la fragilisation des muscles au niveau du plancher pelvien.


Selon des études effectuées, l’incontinence touche plus les hommes après 50 ans. L’hypertrophie au niveau de la prostate est l’une des causes de fuites urinaires chez l’homme. L’obstruction prostatique entraîne des envies répétées et soudaines d’uriner. A cela s’ajoutent des jets d’urine en faible quantité, ainsi que des fuites se produisant quelques instants après la miction.

L’incontinence masculine peut également être due à l’obésité. Les risques d’incontinence augmentent si la personne touchée n’agit pas en conséquence, c’est-à-dire en perdant du poids. L'incontinence masculine est aussi liée à une hyperactivité au niveau de la vessie. Celle-ci entraîne une hypertrophie prostatique.

La prostate a également tendance à grossir avec l’âge. Cette augmentation du volume de la prostate peut bloquer la vessie, empêchant ainsi l'évacuation d'urine. Ce phénomène est plus communément appelé syndrome d'obstruction prostatique. Au final, l’individu a des envies régulières d'uriner, mais aussi de faibles jets d'urine à répétition, ainsi que des gouttes survenant de manière tardive. Ces petites fuites surviennent après les mictions, sans que la personne ressente l’envie d’uriner.


Par ailleurs, une opération de la prostate, provoquant un affaiblissement provisoire des muscles, est un facteur majeur d’incontinence masculine. Toutefois, il arrive que des muscles et des nerfs aient été endommagés durant l’intervention. Le problème d’incontinence peut dans ce cas devenir permanent.

Les traitements proposés


En général, il existe trois types de traitement, qui permettront à l’homme d’atténuer les fuites urinaires, à savoir les médicaments, la chirurgie et la rééducation musculaire. Le traitement prescrit pour chaque patient est déterminé en fonction de la raison initiale de l’incontinence. Le médecin le donne selon la situation médicale de chacun.


Afin de réduire l’activité de la vessie, les anticholinergiques sont les médicaments préconisés. En cas d’affaiblissement musculaire ressenti au niveau du plancher pelvien, mieux vaut consulter un kinésithérapeute spécialisé ou un infirmier, qui vous prescrira des séances de rééducation. La chirurgie demeure la solution à envisager, en cas d’échec des autres traitements cités ci-dessus, surtout si la prostate a augmenté en volume. Et même si l’incontinence est une maladie encore très mal perçue aujourd’hui, il ne faut pas en avoir honte et agir en conséquence. Dans un premier temps, il faut se rendre chez son médecin traitant qui expliquera les démarches à suivre afin de prendre en charge cette maladie. Il vous conseillera également de consulter un confrère urologue, spécialisé dans le système urinaire. L’urologue posera un diagnostic, puis le traitement adapté à votre cas.


La rééducation périnéale est une autre solution efficace pour atténuer l’incontinence, surtout si elle n’est pas très sévère. Le but est d’améliorer le tonus du sphincter et du périnée. Il s’agit notamment d’apprendre à contracter les muscles du périnée. Des petites stimulations électriques sur le sphincter urinaire permettront aussi de le renforcer et de le solliciter.


L’homme peut enfin utiliser au quotidien l'étui pénien, une sorte de préservatif à placer sur la verge. Troué au niveau de son extrémité, cet étui est rattaché par un tuyau flexible à une poche chargée de recueillir l’urine. Quant aux protections spécialement destinées aux hommes, elles arborent la forme d’une pyramide inversée extrêmement enveloppante. Elles se placent directement dans le slip, qui est chargé de les maintenir en place.


Les solutions médicamenteuses


L'incontinence urinaire se traite avant tout avec des médicaments et aussi par la rééducation périnéale. L'objectif principal du traitement de l'incontinence urinaire est de diminuer le volume et la fréquence des fuites urinaires de jour comme de nuit.


Dans le meilleur des cas, le traitement aboutit à une disparition totale des fuites urinaires. L'envie d'uriner est provoquée par la libération d'une molécule dénommée acétylcholine par les neurones. Cette molécule est ensuite transmise par le système nerveux aux récepteurs muscariniques situés dans les muscles de la paroi vésicale. Ce mécanisme est à l'origine des contractions des muscles de la vessie.

Les personnes qui ne sont pas touchées par l'incontinence sont conscientes de la libération de l'acétylcholine lorsque l'envie d'uriner est ressentie. Contrairement aux personnes souffrant d'incontinence dont la libération de la molécule se fait inconsciemment. Ce dysfonctionnement entraîne les fuites urinaires inattendues. Les anticholinergiques ont pour fonction de bloquer les récepteurs muscariniques de la vessie et par la même occasion de réduire les contractions de la vessie.


Voici les types de médicaments qui pourront être prescrits pour le traitement de l'incontinence urinaire :

  • Les alpha bloquants réduisent la résistance à l'écoulement du flux urinaire au niveau de l'urètre prostatique et du col de la vessie.

  • Les médicaments à base d'extraits de plantes ont des propriétés anti-œdémateux et anti-inflammatoires.

  • Les inhibiteurs de la 5-alpha-réductase ont pour fonction de diminuer le volume de la prostate.

  • Les myorelaxants sont des médicaments favorisant la relaxation du muscle de la vessie.


La chirurgie : une alternative envisageable


Il existe également des procédés chirurgicaux qui permettent de traiter l'incontinence masculine :

  • Le traitement chirurgical de l'adénome de prostate est destiné aux personnes souffrant de l'incontinence urinaire par regorgement. Ce traitement consiste à gratter la prostate en utilisant un résecteur placé dans l'urètre. L'élément qui fait obstacle à l'écoulement de l'urine sera ainsi dégagé.

  • Les ballons ACT permettent de traiter l'incontinence par insuffisance sphinctérienne, qui est la cause de l'incontinence d'effort. Ce procédé consiste à placer des petits ballons de part et d'autre du col de la vessie dans le but d'obstruer partiellement ce dernier.

  • Le sphincter artificiel est également un traitement de l'incontinence par insuffisance sphinctérienne. C'est une technique chirurgicale qui consiste à remplacer le sphincter qui ne comprime plus assez le col vésical par un appareil assurant la même fonction.

  • La neuromodulation sacrée permet de traiter l'incontinence par impériosités. Ce procédé chirurgical a pour but de stimuler électriquement les racines nerveuses qui proviennent de la moelle épinière et qui sortent de la colonne vertébrale.

  • Les injections péri-urétrales ont pour objectif de soigner les patients atteints de l'incontinence d'effort. Cette technique consiste à injecter une substance à base de collagène ou de silicone autour de l'urètre dans le but de diminuer l'évacuation des urines.


Posts à l'affiche
Posts Récents

Le numéro 46 de Grands-Parents Magazine est arrivé !  À partir  de 1€ en dématérialisé !