La médecine de l'Inde Ancienne

Gros plan sur l’ayurvéda, cette pratique thérapeutique de l’Inde Antique qui continue jusqu’à nos jours à faire de nombreux adeptes partout dans le monde.


À propos de la littérature des Védas et de l’époque védique


Signifiant « Sciences » ou « Connaissances », les Védas sont un ensemble d'œuvres poétiques anciennes qui constitue la sainte Écriture des Indiens. Ils sont formés de 4 livres sacrés, dont le Rig, le Sâma, le Yajur et l'Atharva.


À l'époque védique, la médecine qui était encore essentiellement associée à la religion consistait surtout en des pratiques « magiques ». Dans le Rigveda, si les plantes sont utilisées pour la guérison, elles servent surtout comme ingrédients utilisés dans des formules magiques et non comme des médicaments. Ce Véda fait appel à des invocations prenant la forme de prières et de supplications aux dieux et aux remèdes pour la guérison. Quant à l'Atharvaveda, ses rituels de guérison comportent des incantations, des hymnes conjuratoires ainsi que des exorcismes. Et pour cause, les maladies étaient perçues en ce temps comme une infraction à l'ordre du monde cosmique et moral, à la conséquence d'un pêché ou encore à l'œuvre d'une divinité offensée.


La médecine indienne prit un tournant plus rationnel et plus cohérent à la fin de l'ère védique et donna naissance à l'Ayurveda, qui est considéré comme un des Védas secondaires ou upvedas, qui sont une annexe de la littérature védique.


Les origines de l’ayurveda


D’après la légende, la doctrine ayurvédique aurait été révélée par Brahman, l'Esprit cosmique suprême, par l'intermédiaire de Prajapati qui serait le premier homme, des Asvins qui sont des dieux jumeaux et d'Indra, le Seigneur du Ciel. Brahman aurait fait connaître 8 articles ou astanga qui seraient ensuite devenus les 8 branches de la médecine ayurvédique à savoir la chirurgie générale, l'oto-rhino-laryngologie et l'ophtalmologie, la thérapeutique générale, la toxicologie, la démonologie, l'obstétrique et la pédiatrie, la médecine tonifiante et la médecine des aphrodisiaques.


Au début de l'ère chrétienne, Caraka et Susruta compilèrent les paroles divines de Brahman. Au travers de son Caraka Samhita (collection de Caraka), le premier qui pensait que les maladies étaient la conséquence d'un manque ou d'une perte de confiance en sa propre nature divine décrit la théorie des humeurs ainsi que la physiologie. Et ce, en se concentrant sur les moyens de prévention et de traitement des maladies. Le second qui est l'auteur du Susruta Samhita, s'oriente vers l'anatomie et la chirurgie et décrit les points énergétiques qui seraient à l'origine de l'acupuncture. Aujourd’hui, les universités indiennes se servent d’un résumé simplifié de ces deux traités de l’ayurveda dans le cadre de la formation de leurs étudiants.


Principes et éléments fondateurs de l’ayurvéda


Le terme ayurvéda se compose des mots sanscrits « ayur » et « Veda » qui signifient respectivement « vie » et « science ». Il s’agit donc d’une science de la vie c’est-à-dire de la biologie et par extension d’une science de la durée de la vie.


Selon la médecine ayurvédique, tout ce qui est, l’être humain inclus, se compose de 5 éléments primordiaux, dont l’air, le feu, l’eau, la terre et l’espace ou l’éther. Appelés mahabuthas en sanscrit, ces éléments se retrouvent dans le corps de chaque individu à des quantités variables. D’une importance majeure, ils ont des qualités spécifiques qui se manifestent différemment selon les individus et les situations et qui peuvent modifier non seulement les corps, mais aussi les esprits. Leur quantité et qualité influe par ailleurs grandement sur le bien-être et la santé.


Changeants et interactifs, les mahabuthas peuvent se combiner pour donner les doshas, c’est-à-dire les humeurs radicales qui constituent le substratum intime du corps. On distingue 3 doshas dont :

  • Vata : combinaison de l’air et de l’espace, il est responsable de la régulation du métabolisme et des différentes fonctions biologiques à l’exemple du rythme cardiaque et de la respiration.

  • Pitta : composé par le feu, il touche surtout l’énergie physique et le système digestif.

  • Kapha : combinaison de la terre et de l’eau, il relie les éléments corporels entre eux.


Diagnostic et traitements en médecine ayurvédique


Selon les principes de l’ayurveda, les maladies et les pathologies seraient dues à un déséquilibre entre les doshas. Pour savoir s’il y a carence ou au contraire excès en l’une de ces énergies fondamentales, le vaidya (le praticien de la médecine ayurvédique) interroge le patient son mode de vie ainsi que sur son environnement. Il prendra également son pouls et fera un examen minutieux de l’ensemble de son corps pour établir un diagnostic.


Selon le diagnostic prononcé, le traitement s’articulera sur 4 grandes méthodes de guérison holistiques à savoir :

  • Le shodan ou la détoxification.

  • Le shaman ou l’atténuation qui comprend entre autres le jeûne, la méditation et le yoga.

  • Le rasayana ou le rajeunissement par le biais de la phytothérapie et certains exercices physiques.

  • Le satvajaya ou l’hygiène et la guérison mentale qui implique l’initiation aux tantras, aux yantras et aux mantras.

Posts à l'affiche
Posts Récents

Le numéro 46 de Grands-Parents Magazine est arrivé !  À partir  de 1€ en dématérialisé !