Comment prendre soin de son côlon ?

Organe faisant partie des intestins, le côlon joue un rôle primordial dans le bon fonctionnement de l’organisme. Il convient par conséquent d’en prendre soin correctement. Voici quelques conseils pour ce faire.


Le côlon : un organe important pour l’organisme


Aussi appelé gros intestin, le côlon est la partie terminale du tube digestif. C’est là que sont conduits les aliments non digérés destinés à être éliminés. Si l’intestin grêle qui est situé en amont a pour mission d’absorber les nutriments ainsi que les oligo-éléments utiles au fonctionnement et à l’entretien de l’organisme, le côlon est chargé de la réabsorption d’une certaine quantité d’eau en vue de rendre les selles plus compactes.


Si les selles restent longtemps dans le côlon, elles ont tendance à se déshydrater et à devenir plus dures, rendant ainsi leur expulsion plus difficile, voire même douloureuse. Outre les constipations rebelles, un dysfonctionnement du côlon qui avec l’intestin grêle est considéré comme un véritable « deuxième cerveau » de l'organisme, peut entraîner des troubles et des déséquilibres de gravité variables.


En effet, des intestins qui fonctionnent mal prédisposent l’organisme à une immunité déficiente et le rendent plus vulnérable aux maladies inflammatoires et infectieuses qui touchent les systèmes, digestif, uro-génital, respiratoire… Un côlon en mauvais état peut aussi être à l’origine de troubles émotionnels et d’une instabilité d’humeur, car il ne sera pas en mesure de synthétiser correctement la sérotonine qui pour rappel est l’hormone de la bonne humeur.


Au vu de ces faits, il est donc important de prendre grand soin de son côlon et de son tube digestif en général. Et ce, même si le côlon abrite déjà une flore spécifique dite « microbiote » pour le nettoyer et le protéger des microorganismes nuisibles.



Les bons aliments pour prendre soin de son côlon


Si certains aliments dont notamment les aliments concentrés – viande, fromage, graisses et sucres simples –peuvent mener la vie dure au côlon, d’autres s’avèrent être parfaitement bénéfiques à l’instar des aliments riches en fibres telles que les fruits et légumes, qu’ils soient frais ou secs, les céréales complètes, les noix, le psyllium, le son d’avoine, le son de blé…


Et pour cause, les fibres favorisent la croissance des bonnes bactéries de l’intestin appelé « probiotique » qui luttent contre divers troubles digestifs dont notamment les coliques et les ballonnements. Elles régulent également de façon naturelle le transit intestinal en apportant une sensation de satiété. En outre, elles ralentissent l’absorption du cholestérol et du sucre, améliorant ainsi la glycémie tout en régulant le poids.


Si possible, les aliments bio sont à préférer, car ils ne contiennent ni pesticides potentiellement cancérigènes ni conservateurs contenant des antibactériens et des antifongiques qui peuvent nuire au microbiote.


Les produits lactofermentés aussi sont très favorables pour le côlon, car ils peuvent développer spontanément des bactéries « probiotiques » c’est-à-dire qui ont un effet positif pour la santé. C’est le cas notamment des laits fermentés, surtout s’il s’agit du lait de jument, de brebis ou de chèvre, du lait au bifidus, du lait à l’acidophilus, des yaourts, du kéfir, de la choucroute, du chou, du jus de betterave rouge fermenté… Les olives, les cornichons, les navets… peuvent tous être lactofermentés.



Les bonnes habitudes qui aident le côlon


Pour mieux prendre soin de son côlon, il convient de bien mastiquer et de bien imprégner les aliments de salive avant de les avaler. Cela évitera une fermentation des aliments dans les intestins qui peut conduire à la production de toxines. Il faudra aussi éviter l’abus des aliments susceptibles de provoquer des réactions d’intolérances immunitaires à l’exemple du lait de vache et de ses dérivés ou encore des céréales modernes et de leurs dérivés.


De même, les associations d’aliments riches en amidon tels que les agrumes et les céréales, les légumineuses citronnées ou vinaigrées et les céréales, les tomates et les pâtes ou le riz, sont aussi à éviter. Ils donnent souvent lieu à un développement de toxines. Il va sans dire que la consommation d’aliments concentrés doit être modérée.


Il faudra également bien s’hydrater, et ce, afin de rendre les selles plus molles et faciliter leur évacuation. Cependant, il faudra faire attention à ne pas boire de l’eau chlorée, car le chlore élimine non seulement les mauvaises bactéries, mais aussi les bonnes qui protègent le côlon et les autres organes du tube digestif.


Effectuer des massages exfoliants peut aussi aider le côlon dans son fonctionnement. En effet, cette pratique qui consiste à favoriser le drainage lymphatique contribue à l’élimination des toxines par l’urine. Par ailleurs, il existe des routines d’exercices physiques appelées « Makaho » qui peuvent améliorer le flux énergétique du côlon.


Pour booster le côlon, certaines plantes sont aussi très efficaces, surtout lorsqu’elles sont prises sous forme d’infusion. Parmi les plus intéressantes, on peut citer les graines de fenouil, la menthe, le plantain, le thym ainsi que la sauge.

Posts à l'affiche
Posts Récents
Retrouvez-nous
  • Icone Facebook
  • Icone Instagram
  • Icone Youtube
  • Icone Pinterest

Le numéro 46 de Grands-Parents Magazine est arrivé !  À partir  de 1€ en dématérialisé !